L’Europe et la lutte contre la piraterie maritime

L’intensification des actes de piraterie dans de très nombreuses zones du monde, a fait prendre conscience aux européens de la nécessité de réagir de manière coordonnée non seulement pour assurer la sécurité des personnes mais aussi celle des approvisionnements.

Or la lutte contre la piraterie maritime contemporaine, par la complexité de ses manifestations, est de nature à mobiliser de nombreux cadres juridiques et politiques de l’Union (transports maritimes, coopération au développement, action opérationnelle de la PSDC, espace de liberté de sécurité et de justice, gestion des frontières externes, partenariats stratégiques notamment africain). Elle dépasse ainsi, par sa dimension globale, économique, sécuritaire et judiciaire, l’action parallèle et parfois plus limitée d’autres organisations dont celle de l’OTAN (cf. notamment l’opération OCEAN SHIELD).

Cependant au-delà des initiatives de l’Union se développent celles des Etats membres qui, parce qu’il n’existe pas de compétence exclusive de l’Union dans ce domaine, développent leurs propres politiques nationales, en matière de lutte contre la piraterie maritime. Par ailleurs il convient de mettre en exergue, outre l’action des acteurs étatiques, celle en pleine expansion des acteurs privés, armateurs, et sociétés de sécurité privées qui proposent des escortes maritimes armées à ces armateurs. Enfin il est indispensable de confronter la pratique de l’ensemble de ces acteurs avec les exigences du respect des droits de l’homme telles qu’elles résultent de la Convention européenne des droits de l’homme ou du droit de l’Union.

Cet ouvrage constitue la synthèse d’un  colloque organisé conjointement en novembre 2013 par le Centre d’excellence Jean Monnet (CEJM) et le Centre d’études sur la sécurité internationale et les coopérations européennes (CESICE) de Grenoble  avec leurs  différents partenaires, du réseau de l’action Jean Monnet (chaires et CEJM de Nice Sophia Antipolis), et de l’IHEDN (Association régionale Dauphiné Savoie). Labellisé par la CEDECE, Association d’études européennes, il propose une réflexion interdisciplinaire, rassemblant universitaires et praticiens civils et militaires, sur les atouts et les faiblesses  de la contribution de l’Europe à la lutte contre la piraterie maritime. En soulignant l’enchevêtrement des acteurs, des instruments et des politiques, il interroge sur la pertinence de la valeur ajoutée de l’approche globale développée par l’Union et ses Etats membres, et sur les multiples défis pour l’exigence de cohérence de l’action extérieure de l’Union  que constitue la lutte contre la piraterie maritime.

Les organisateurs de cette manifestation scientifique et directeurs de cette publication expriment leur profonde gratitude à l’ensemble des participants de ce colloque et plus particulièrement aux hautes autorités qui, malgré leurs lourdes responsabilités, se sont libérées pour venir enrichir ses débats : le Ministre Séraphin Moundounga de la République du Gabon, l’Ambassadeur Badri Bogoreth, représentant de la République de Djibouti en Belgique, et enfin le Contre-Amiral Éric Dupont, ancien Commandant en second de l’opération ATALANTA. Ils renouvellent leurs plus vifs remerciements aux  institutions qui par leurs soutiens financiers ont permis l’édition de cet ouvrage : l’Association régionale Dauphiné Savoie de l’IHEDN (AR8), le Conseil scientifique de l’Université Pierre Mendes France, la Communauté d’agglomération Grenoble Alpes métropole (METRO).

 

Références

Titre
L’Europe et la lutte contre la piraterie maritime
Type de publication
Livre
Année de publication
2015
Number of Pages
322
Éditeur
Pedone
Ville
Paris
Soumis le 13 avril 2018